Lepidoptera

Forum dédié à l'élevage et à l'observation des papillons
 
AccueilFAQRechercherFacebookS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conseils et fiche d'élevage : DICTYOPLACA SIMLA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chouch29
Papillon
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 33
Date d'inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Conseils et fiche d'élevage : DICTYOPLACA SIMLA   Mer 14 Nov 2007 - 23:40

Plantes nourricières pour les mois d’avril et mai :

- Aubépine
- Saule

Plantes nourricières les plus recommandées :

- Erable
- Noyer

Autres plantes nourricières :

- Bouleau
- Cerisier
- Chêne
- Orme
- Poirier
- Pommier

L’ŒUF :

Celui-ci est blanc-gris et mesure 2 mm. Dans la nature, les œufs sont encastrés dans les plis des écorces, mais en élevage, la femelle se satisfait de tout support pour peu qu’il ne soit pas trop lisse (verre par exemple). L’exposition des œufs au froid durant l’hivers est indispensable au bon développement de l’embryon. Idéalement, ils seront placés dans un abri de jardin de l’automne à la fin de l’hiver. On se contentera le cas échéant de les placer au réfrigérateur. Bien qu’ils soient résistants au gel, je recommanderais par précaution de les transférer au réfrigérateur par grand froid. (Si quelqu’un connaît leur seuil de tolérance, il pourra faire circuler l’info).

LA CHENILLE :

Au début du printemps, les œufs peuvent être mis en intérieur, à 15 – 20 C°. Ils écloront au bout de vingt jours environ. Afin de synchroniser l’éclosion avec la végétation extérieure, il suffit de faire cela lorsque les bourgeons de saule et d’aubépine s’ouvrent, afin d’avoir des feuilles au moment voulu. Pour une même ponte, il faut parfois une semaine pour que toutes les chenilles éclosent. Notons également que le taux d’éclosion est assez variable selon les années (les éleveurs pourront apporter leur témoignage pour l’année 2008 car les données sur ce point sont rares. En 2007, j’ai obtenu 80% d’éclosions). Il arrive fréquemment que des chenilles sortant d’un œuf isolé ne parviennent pas à extirper le dernier segment de leur corps. Il suffit alors de tirer sur la coquille pour l’en débarrasser.
Au premier stade, les chenilles sont noires, avec un liseré blanc crème sur le flanc. Puis c’est l’inverse au deuxième stade, où la chenille devient blanche, avec un liseré noir. Ce n’est qu’au troisième stade qu’elle se rapproche de sa forme définitive. Photos sur :
http://phasmania.forumactif.fr/autres-photos-f13/dictyoploca-simla-t343.htm
Après l’éclosion, les chenilles ne sont pas grégaires, mais s’accommodent bien d’une densité de population importante. A 20 C°, les quatre premiers stades durent chacun une semaine, et le cinquième, environ quinze jours. Vers mai-juin, on leur donnera préférentiellement des feuilles d’érable (variété à feuilles charnues). Si elles ont été habituées à une autre essence, le sevrage ne pose pas de problème. Comme avec la plupart des plantes nourricières, les jeunes feuilles tendres à l’extrémité des tiges doivent être retirées pour une meilleure conservation des autres feuilles (2 à 3 fois plus longtemps !). Il arrive, rarement, que des chenilles du dernier stade blessent des congénères immobilisées avant la mue. Cette tendance au cannibalisme peut être observée par forte chaleur, lorsque la nourriture vient à manquer. Il est donc important de renouveler fréquemment les feuillages. Les chenilles blessées ne gardent en général aucune séquelle, puisque la mue renouvelle parfaitement les tissus. Au cinquième (et dernier) stade, la chenille mesure 8 à 10 cm, et elle est recouverte de poils blanc-vert. Des reflets bleus plus ou moins nets peuvent être observés pendant les premiers jours du dernier stade. Bien que les poils ne soient pas du tout urticants, de très courts poils pointus sur les flancs des chenilles peuvent surprendre si on les serre un peu trop dans la main.
Il est difficile de différencier les chenilles s’apprêtant à tisser leur cocon, leur couleur ne variant que très peu. On peut cependant remarquer que leur système sanguin devient plus visible sur le dos.

LE COCON :

Le cocon est tissé dans les branchages, la présence de congénères ne posant pas de problèmes, à moins d’une très forte concentration. Il arrive souvent que des chenilles s’échappent à ce moment. La découverte de cocons (bien cachés en général) sera une bonne surprise alors que vous penserez les avoir tous récoltés. Le tissage dure environ trois jours et la nymphose a lieu une semaine plus tard. Malgré sa structure en dentelle, le cocon est solide. Sa couleur varie du blanc-crème au noir en passant par le roux.
La chrysalide est de couleur gris-beige, avec deux petits crochets à son extrémité, qui lui permettent de se fixer aux parois du cocon.

L’IMAGO :

Ils émergent trois à quatre mois après la nymphose, de façon relativement groupée. L’accouplement peut se produire dès la première nuit, le vol ayant lieu entre 22h et 23H, puis au petit matin. Idéalement, les couples peuvent être séparés pour ne pas se déranger mutuellement. Un mâle seul avec une femelle suffit en effet à assurer l’accouplement. Si les éclosions ne sont pas simultanées, on peut faire patienter les imagos au réfrigérateur, à une température supérieure à 3C° de préférence pour ne pas les tuer.
L’enceinte de vol (mini 30 x 40 cm), peut être grillagée, ou faite d’un textile synthétique (le coton n’est pas conseillé car les papillons y laissent facilement leur pattes, or un mâle sans pattes peut avoir quelque difficulté à rejoindre la femelle ! En revanche, si un mâle n’a pas les ailes correctement développées en raison d’un accident, gardez-le car cela ne l’empêchera pas de se hisser jusqu’à elle). La frénésie sexuelle de cette espèce rend les échecs exceptionnels, qu’on laisse les couples en paix à la lueur du jour. N’allumez pas brusquement lumière pour les observer.
Après l’accouplement, qui dure environ 24h, la ponte est massive, et s’étale sur deux à trois nuits. Une très grosse femelle, d’une envergure de 16 cm, peut pondre plus de 600 œufs. Ceux-ci sont déposés en lignes ou par paquets. Leur solidité permet de les décrocher de leur support sans danger.

Quelques photos dans mon annonce du 15 août 2007...

Bons élevages :pouceup: !!
Revenir en haut Aller en bas
 
Conseils et fiche d'élevage : DICTYOPLACA SIMLA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dictyoplaca simla
» Conseils et fiche d'élevage : PAPILO MACHAON (2)
» Fiche d'élevage des cétonidae;préparé sur le genre Eudicella
» Fiche d'élevage perso : Besoin d'avis
» Renseignement fiche d'élevage poisson.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lepidoptera :: Elevage :: Fiches d'élevage-
Sauter vers: